Ledéfi

Au-delà des innovations technologiques, SolarStratos a pour objectif de promouvoir les énergies renouvelables afin de protéger le climat de notre planète des gaz à effet de serre, en démontrant que des concepts et des projets qui semblaient inconcevables il y a peu sont désormais possibles grâce aux technologies disponibles aujourd’hui, qui n’en sont encore qu’à leurs balbutiements, notamment en termes d’aviation électrico-solaire.

SolarStratos vise aussi à démontrer qu’avec les technologies actuelles il est possible de réaliser des prouesses qui dépassent le potentiel des énergies fossiles : les véhicules électriques et solaires comptent parmi les grands défis du 21ème siècle. Notre avion, qui pourra voler dans la stratosphère, ouvre une porte sur cette aviation et sur la mobilité de demain.

L’équipe SolarStratos est basée en Suisse, sur l’aérodrome de Payerne, ou elle bénéficie de conditions idéales pour développer ses activités. La proximité des hautes-écoles techniques, mais aussi d’entreprises de haute technologie, sont des atouts essentiels pour le développement d’un tel projet.

SolarStratos bénéficie du soutien de nombreuses entreprises suisses et porte fièrement le drapeau national. L’équipe se veut internationale, mais est attachée à ses racines nationales.

SolarStratos est constitué d’une petite équipe d’une vingtaine de personnes, toutes passionnées par ce projet et hautement spécialisées dans leurs domaines respectifs. La polyvalence est de mise dans un tel projet expérimental. L’équipe est constituée d’un savant mélange d’ingénieurs en aéronautique, pilotes, constructeurs, designers et autres spécialistes en électricité / électronique, ainsi que d’un pôle administratif et commercial, avec des spécialistes du sponsoring, de la communication et du marketing.

Afin de limiter le poids de l’avion et de rendre cet exploit possible, l’appareil ne sera pas pressurisé, obligeant son pilote, Raphaël Domjan, à porter une combinaison pressurisée d’astronaute, fonctionnant uniquement à l’énergie solaire, constituant une première mondiale également.

Le défi est à la fois technique et humain. La mission durera environ six heures (3 heures de montée pour s’approcher de l’espace, 15 minutes la tête dans les étoiles, puis 3 heures pour redescendre sur terre). L’avion et son pilote seront soumis a des températures extrêmes, de l’ordre de -70°C.