Calendrierambitieux !

Reprise des vols d’essai en juillet

Raphaël Domjan et toute l’équipe se réjouissent de pouvoir retrouver la piste de l’aérodrome de Payerne et de voir notre avion solaire SolarStratos s’envoler à nouveau. Tout est mis en œuvre pour que les vols solaires reprennent en juillet; un mois qui s’annonce très actif pour toute notre équipe.

A partir de la mi-août, Raphaël débutera sa formation spécifique sur SolarStratos. Les premiers vols solaires en double sont planifiés dans la foulée.

Cellules solaires de nouvelle génération

SolarStratos est avant tout un projet expérimental et avant-gardiste. Il permet à nos partenaires scientifiques et technologiques de tester certains composants qui seront utilisés dans des conditions extrêmes, et donne la possibilité à notre avion solaire de bénéficier des technologies de pointe, de nouvelle génération. Les cellules photovoltaïques en sont un exemple parlant: de nouvelles évolutions sont en cours de développement, et seront bientôt installées sur les ailes de SolarStratos.
Parmi les améliorations prévues: un potentiel plus élevé de production d’énergie solaire, une plus grande flexibilité et un poids plus faible.

Développement concret

Voler à l’énergie solaire ne s’improvise pas, c’est ce que nous avons pu constater jusqu’ici. De nombreux tests de résistance du fuselage, des ailes, des longerons ont été effectués durant l’hiver et sont toujours en cours, afin de garantir une sécurité maximale au projet. Tout se déroule comme prévu. L’équipe et l’avion progressent sans cesse. Les nouvelles connaissances sont mises à profit du projet et de son développement, ce qui nous rapproche concrètement de la reprise des vols d’essai.

Nouveau partenaire

Nous avons le grand plaisir d’annoncer l’arrivée, en qualité de partenaire, de Maison Planzer Transports SA, au sein de notre projet. La société de transport suisse, fondée en 1936, va offrir une belle visibilité à notre mission stratosphérique. Deux camions décorés aux couleurs de SolarStratos sillonneront les routes du pays en arborant fièrement nos couleurs. Un très grand merci à la direction de Planzer de son soutien.

La question : comment un avion à hélice peut-il voler là où il n’y a pas d’air ?

La question mérite d’être posée. Effectivement, lorsque nous pénétrons dans la stratosphère, à une altitude de plus de 18’000 mètres (environ 60’000 pieds), l’air devient rare. En revanche, il y en a toujours assez pour permettre à une hélice – optimisée à cette altitude – de tirer l’avion. Il en va de même pour les ailes qui ont encore la capacité de porter l’avion. A l’inverse, un moteur à combustion n’y fonctionne plus. Dans le domaine spatial, on considère d’ailleurs le début de la rentrée atmosphérique (re-entry interface) à 130 km (400’000 pieds), donc bien plus haut que SolarStratos ambitionne d’aller.